Bernard Grégoire DaiShihan Bujinkan Québec, ninja, budo

Des siècles d’expérience

 

Comme dans tous les dojos Bujinkan à travers le monde, on y apprend l'art du Budo Taijutsu. Héritier d’une tradition martiale de plus de 900 ans, notre art est composé de 9 ryus ou si vous préférez 9 écoles différentes. Ces 9 arts martiaux ont traversé les époques féodales mouvementées du Japon, jusqu'à nos jours. Héritage d'une tradition guerrière, les arts martiaux véhiculés au sein des dojos Bujinkan sont d'une efficacité redoutable en situation réelle. Pour ceux qui connaissent un peu les arts martiaux, le terme Ninjutsu est l'ancien nom utilisé pour décrire le Budo Taijutsu.

 

Pas besoin de piger dans les autres styles d’arts martiaux pour être efficace

 

Notre art martial a alimenté et alimente encore de nombreux styles d’arts martiaux qui ont emprunté un grand nombre de techniques de notre école. Le fait d’être composé de 9 écoles, notre bagage matériel est complet et peut s’adapter à tout type de situation. Que ce soit pour se sortir d’une confrontation contre plusieurs adversaires, de se défendre contre un attaquant au couteau, d’un agresseur qui nous met un pistolet sur la tempe, ou pour le simple plaisir de s’initier au budo ou au maniement du sabre, notre école offre le plus large éventail de possibilités que l’on puisse trouver dans les arts martiaux.

 

Un art bien adapté à notre monde moderne

 

Au fil des siècles et surtout des dernières décennies, beaucoup d’arts martiaux ont emprunté des techniques au Bujinkan pour les greffer à leur style martial. Bien que plusieurs modifient les techniques, il est facile de reconnaître les techniques du gyokko ryu, du koto ryu et des autres ryus qui composent notre art martial. Lorsque l’on possède les compétences suffisantes pour bien comprendre les principes du budo, on réalise que l’on a pas besoin d’emprunter des techniques à d’autres styles d’arts martiaux, le budo du Bujinkan est complet et étonnamment bien adapté à notre époque moderne. On peut constater cette réalité par les nombreuses preuves de remerciement fait par différents corps policiers, antiterroristes et même le FBI américain qui a remis une plaque commémorative à Hatsumi sensei pour la contribution du Bujinkan à sauver des vies au sein de leur organisation. 

 

Une ambiance différente


Ce qui frappe le plus lorsqu’on entre dans le dojo Bujinkan Québec, c’est l’ambiance qui existe dans cette école. Les étudiants n’ont aucune permission à demander pour aller aux toilettes, aucun push-up à faire s’ils sont en retard, et ils peuvent s’adresser aux instructeurs par leur prénom. Malgré ce qui pourrait passer pour un laisser-aller, un respect naturel s’est installé, sans que quiconque ne soit forcé à diverses conventions obligatoires. Les étudiants semblent apprécier cette confiance qu’on leur témoigne. Après tout, si vous êtes assez mature pour faire des arts martiaux, vous devriez être assez mature pour savoir si vous avez besoin d’aller aux toilettes ou pas. Les dojos Bujinkan Québec sont également fiers de voir à quel point les ceintures plus avancées aident les débutants. Il est tout à fait normal de voir des ceintures avancées prendre comme partenaires d’entraînement des débutants lors du cours de base. Les débutants s’intègrent ainsi facilement au sein du Bujinkan Québec.

 

Le devoir de répondre aux questions

 

Il est également intéressant de constater qu’un grand nombre de nos étudiants ont un bon bagage dans d’autres arts martiaux. La compréhension de la mécanique du corps humain et de la tactique de combat qu’offre le Budo Taijutsu apporte les réponses que plusieurs cherchent depuis des années. En effet, les questions trouvent toujours une réponse dans notre école. Les étudiants sont invités à poser des questions et à se poser des questions. Il est important de comprendre pourquoi des techniques fonctionnent si l’on veut évoluer sereinement dans les arts martiaux. Une réponse dans le style vous comprendrez cela plus tard est inacceptable. C’est le travail de tout bon professeur de répondre aux questions et d’encourager les étudiants à en poser.

 

De petits groupes

 

Les groupes ne dépassent jamais une vingtaine de personnes. Cela permet de connaître tous les étudiants par leur prénom. L’ambiance chaleureuse permet aux gens de s’incorporer facilement au sein des groupes. Fonctionnant 52 semaines par année, le dojo permet à ceux qui le désirent de poursuivre leur entraînement tout au long de l’année.

Le système de ceintures est très basique. Entre la blanche et la noire, il n’y a qu’une ceinture verte divisée en 9 kyus. Contrairement à beaucoup de systèmes qui accordent une ceinture aux trois mois (du point de vue marketing, c’est démontré que l’on garde les étudiants plus longtemps), au Bujinkan Québec, cela peut être beaucoup plus long. Si vous n’êtes pas prêt, oubliez la ceinture : vous n’aurez pas de cadeau. Curieusement, la plupart des étudiants du dojo ne courent pas après les ceintures. Il faut même souvent leur pousser dans le dos pour passer un degré. Ils sont là pour l’art martial et non pas pour le statut social.

 

Tous ceux et celles qui le désirent peuvent essayer gratuitement un cours. Vous n’avez qu’à vous présenter à notre dojo. Il nous fera plaisir de vous faire essayer un cours.